Est-ce le moment d’acheter un bien immobilier à Bordeaux ?

Bordeaux reste aujourd’hui une ville particulièrement dynamique avec une périphérie qui n’a cessé d’être prisée par de très nombreux promoteurs immobiliers, entraînant irrémédiablement la pénurie de terrain. Avec le Mag LP Promotion, retrouvez les infos immobilières d’un promoteur de la Gironde, région qui connaît une explosion importante du marché foncier, en raison de l’attractivité de cette ville.

La hausse spectaculaire du prix de l’immobilier à Bordeaux

Depuis 2012, les prix de l’immobilier n’ont cessé de grimper sur la ville de Bordeaux. L’arrivée d’une ligne à grande vitesse la reliant directement avec Paris a contribué bien évidemment à cette augmentation de prix. À titre d’exemple, les intentions d’achat de maisons ont bondi de 22 % entre 2016 et 2017.

Impossible de trouver des terrains disponibles à Bordeaux centre sauf à Caudéran, il faudra s’éloigner en périphérie mais les terrains sont également très rares. Sur la ville du Bouscat, les prix ont été multipliés par deux entre 2012 et 2018. La hausse a été importante mais dans une moindre mesure vers le sud de Bordeaux comme sur la commune de Talence qui connaît une augmentation de ses prix de l’ordre de 50 %. Même constat sur Mérignac avec un prix de 500 € du mètre carré pour les terrains isolés.

Sur la ville de Bruges, il était possible d’obtenir une parcelle de 200 m² pour 130 000 € en 2012. Pour une même surface, il faudra débourser pas moins de 200 000 € minimum.

Les quartiers dynamiques de Bordeaux

Si vous souhaitez être présent dans le quartier Saint-Michel ou encore celui de la Mériadeck, le prix de l’immobilier a véritablement exposé pouvant atteindre plus de 6000 € du mètre carré pour un appartement ou une maison. Les chiffres sont certes moins importants dans le quartier de Saint Genès, la Fondaudège, La Bastide ou encore Saint-Jean, mais il faudra compter un prix moyen aux alentours de 3000 € du mètre carré.

Les prix ne devraient pas baisser car la ville de Bordeaux ne cesse d’avoir une attractivité importante. Cela implique pour les acheteurs de devoir augmenter leur capacité d’emprunt ou de faire certaines concessions sur Bordeaux et sa couronne périphérique.

L’attractivité de la rive droite

Depuis le développement de l’A89, le secteur connaît une attractivité très importante grâce à un développement économique. Cela permet d’accéder facilement à Bordeaux tout en s’éloignant progressivement du centre. Une zone est ainsi définie à l’entrée de la rocade sur les villes comme Artigues ou Yvrac jusqu’à la ville de Libourne. Avec un budget de 80 000 €, il était tout à fait possible d’acquérir une parcelle d’environ 400 m² sur la ville d’Yvrac. Aujourd’hui, bien qu’il soit difficile de trouver une parcelle vierge, il faudra compter 125 000 € pour une superficie de 400 m², ce qui constitue une hausse de plus de 50 %.

Même constat sur la ville de Montussan avec la possibilité d’acquérir un terrain de 800 m² pour 85 000 € en 2012 et un prix aujourd’hui de 240 000 € pour une même surface.

Tous les secteurs autour de Bordeaux connaissent une véritable explosion des prix qui se veulent dégressifs lorsque l’on s’éloigne de la capitale régionale.

Parmi les autres secteurs prisés de la Gironde, le bassin d’Arcachon. Les prix se sont véritablement envolés et il faudra prévoir un budget d’1 million d’euros pour acquérir un terrain dans le quartier de la corniche, à proximité de la dune du Pyla.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *