Acheter un bien immobilier en Suisse : quel moyen de financement ?

En Suisse, le marché immobilier a évolué jusqu’en 2017 avec une hausse des achats. Cette tendance à la hausse a entraîné des réactions diverses, notamment l’augmentation des prix. Pour 2018, cette situation tend à se poursuivre, offrant ainsi un climat propice à l’investissement. Mais la question cruciale est de trouver un moyen de financement pour acheter un bien immobilier en Suisse.

L’état du marché immobilier en Suisse

Pour 2018, les analystes prévoient un ralentissement des prix, sans pour autant freiner la hausse, mais avec un taux raisonnable. Il faut savoir que la Suisse possède un marché avec un prix immobilier parmi les plus élevés. Depuis plusieurs années, cette envolée est due aux problèmes de placement et à une forte demande. Les taux, qui ont connu une certaine faiblesse, n’ont fait que renforcer la montée des prix. Mais cette augmentation a fini par constituer un frein enchaînant une stagnation des prix. Les taux hypothécaires, de leur côté, devraient afficher une certaine stabilité.

Les régions montrent une baisse, même si le prix reste toujours assez élevé. En comparaison avec l’année dernière, les plafonds sont inférieurs. À cause de ces facteurs, les ménages ne sont plus en mesure d’acheter. Il faut savoir qu’actuellement, 34 % des foyers suisses possèdent leur propre résidence. Dans la foulée, les prix de la propriété par étage ont légèrement diminué de 0,8 %. Les critères exigés par les banques sur la situation financière ont aussi contribué à geler le marché immobilier.

Pour pouvoir relancer à nouveau les achats et pousser les potentiels investisseurs, notamment les ménages, à acheter, certaines mesures ont été déjà prises. Pour ce qui est du taux directeur de la Banque Nationale Suisse, il devrait être connaître un léger recul. Aujourd’hui, deux cas suscitent les inquiétudes du gouvernement. D’abord, la menace qui pèse sur une partie des régions suisses, qui ont enregistré une hausse de 100 % des prix sur les 10 dernières années. Ce qui pourrait créer une enclave immobilière.

Ensuite, les caisses de pension sont trop sollicitées aujourd’hui pour une contribution dans le financement d’un achat. Le gouvernement craint alors une forte déstabilisation de l’organisation au niveau de la retraite. Pour y remédier, des mesures ont été prises. Désormais, une limite a été mise en place pour que ce fond de retraite ne participe plus autant dans le système de financement d’acquisition d’un bien. L’amortissement des 30 % de la valeur du bien doit, en outre, se faire sur 20 ans. Il faut néanmoins préciser que ces mesures préconisées par le gouvernement n’ont pas de caractère obligatoire pour les banques.

Le système de financement proposé en Suisse

Malgré tout, la Suisse reste un investissement intéressant, si le but de l’acquisition est d’en tirer une bonne rentabilité. Pour trouver la bonne affaire, le passage par une agence immobilière en Suisse est la solution idéale. Si vous souhaitez obtenir un financement, sachez que le pays a mis en place un système de prêt, appelé prêt hypothécaire. Ce type de crédit permet aux emprunteurs de bénéficier d’un amortissement assez faible du capital.

La plupart des banques en Suisse proposent ce type d’emprunt dans le but d’apporter un moyen de financement pour un achat immobilier. Des courtiers sont aussi disponibles pour mettre en relation établissements financiers et investisseurs immobiliers. Ils effectuent d’abord un comparatif et redirigent ensuite les clients vers l’offre qui est la plus adaptée à leur demande.

Pour pouvoir bénéficier d’un prêt hypothécaire, il est nécessaire de passer par des étapes préétablies. Une analyse approfondie du projet d’achat est d’abord réalisée par l’établissement bancaire. Elle comprend l’étude des ressources financières de l’emprunteur, l’emplacement, le type du bien immobilier, le prix et bien d’autres facteurs qui influeront sur la décision. Les banques prennent également en compte les risques qu’ils encourent et mesurent s’ils sont modérés ou non. Pour pouvoir accorder le financement, l’établissement financier évalue aussi 2 facteurs qui constituent une assurance, réduisant le risque de défaut de paiement :

  • Le montant des fonds propres : il s’agit d’un apport personnel, une contribution demandée à l’emprunteur. Son montant est égal à 20 % du prix du bien. Il peut puiser dans sa caisse de retraite qui fait partie du 2ème Cependant, 10 % de cet apport personnel ne doivent impérativement pas provenir de ce type de caisse professionnelle.
  • Le taux d’endettement du foyer qui sollicite un fonds de financement : ce taux est plafonné à 33 %. Au-delà, les banques sont réticentes face à une demande de prêt hypothécaire. Le taux d’endettement est obtenu par un rapport mensualité-

Un prêt hypothécaire peut vous permettre d’obtenir un montant élevé, pouvant aller jusqu’à 70 % de la valeur du bien immobilier, mais à condition d’avoir un dossier bien solide.

Qui peut acheter sur le territoire Suisse ?

Il est évident que les ménages suisses peuvent solliciter un prêt hypothécaire, à condition de répondre aux exigences des établissements financiers. Mais la question qui se pose est de savoir si les non-résidents ont le droit de faire une acquisition de bien immobilier dans le pays et solliciter ce type de prêt. Selon la réglementation en la matière, les membres de l’Union européenne disposent de ce droit. Il en est de même pour ceux qui se situent dans la zone de libre-échange en Europe, membre de l’AELE (Association européenne de Libre-Echange).

Ils peuvent en outre y acheter une résidence principale ou une résidence secondaire, selon leur choix. Pour le financement, dans les conditions prévues par la loi, les étrangers ont la possibilité de faire la demande d’un prêt hypothécaire. Parmi les conditions, il y a le montant du revenu.

En Suisse, on peut également constater la présence de très nombreux travailleurs frontaliers. Ils ont la possibilité d’acheter un bien à titre de résidence secondaire, mais à condition d’effectuer une demande d’autorisation au préalable auprès du canton où ils souhaitent acheter. C’est seulement à cette condition qu’ils pourront accéder à la propriété.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *