Les documents à fournir dans le cadre de la loi ALUR

La loi ALUR (loi pour l’accès au logement et un urbanisme rénové) adoptée le 24 mars 2014, impose, entre autres, plus de transparence dans le cadre de la vente d’un bien immobilier. Le vendeur doit fournir un certain nombre de documents à l’acheteur, avant même la signature du compromis de vente.

Les documents obligatoires pour la vente d’un bien immobilier

Le vendeur doit obligatoirement transmettre à l’acheteur potentiel les documents suivants :

Les documents relatifs à son identité : le vendeur doit fournir tout document nécessaire à la bonne identification de sa situation personnelle, à savoir, son adresse, son livret de famille ou son extrait d’acte de naissance, comme ici, son contrat de mariage, etc.

Les documents concernant son droit de propriété : le vendeur doit transmettre son titre de propriété afin d’authentifier son statut de propriétaire du bien en vente, ainsi que son dernier avis d’imposition, en qualité de taxe foncière.

Les documents de mesurage du bien : aussi appelé, certificat Loi Carrez, le vendeur informe, via ce document, en cas de mise en vente d’un lot de copropriété, la superficie officielle du lot.

Les documents relatifs aux autorisations des travaux effectués : le vendeur doit présenter un justificatif des autorisations administratives ainsi que celles de la copropriété (procès-verbal) pour les travaux effectués sur le bien mis en vente.

Le Dossier de Diagnostic Technique (DDT) : ce dossier comprend différents documents obligatoires, mentionnés ici, et notamment, l’ERNMT (état des risques naturels miniers et technologiques), le DPE (diagnostic de performance énergétique) ou encore, le CREP (constant des risques d’exposition au plomb).

Les annexes obligatoires pour les biens en copropriété

La loi ALUR prévoit des dispositions supplémentaires lorsque la vente concerne un lot en copropriété. En effet, le vendeur est soumis à la présentation des documents suivants :

  • Les documents qui concernent l’immeuble abritant le bien immobilier vendu (copie du règlement de la copropriété, descriptif des divisions, procès-verbaux, etc.) ;
  • Les documents concernant la situation financière de la copropriété et du copropriétaire vendeur (budget prévisionnel, charges courantes, charges hors budget, etc.).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *